Note d’intention

Le projet de « Barbara, l’âge tendre » consiste à raconter au public l’arrière-fond de plusieurs chansons de Barbara. Si tout le monde connaît les circonstances de la chanson « Nantes », qui connaît les conditions dans lesquelles fut écrite « Göttingen » ? Ou à qui pensait Barbara lorsqu’elle composa « Dis, quand reviendras-tu ? » ; ou encore quelle tragédie sera à l’origine de la chanson « Une petite cantate » ?
En évoquant par ailleurs quelques traits de la jeunesse ou de l’enfance de Barbara (sa grand-mère moldave, Varvara, ses déménagements incessants avec sa famille pour échapper aux huissiers, les difficultés d’être juif en 39), ce spectacle permet aux chansons de Barbara de ne plus être des productions « hors sol », mais éclaire la manière dont elles s’entrelacent dans la vie mouvementée et palpitante de Barbara.
Pour raconter cette histoire, Aude Chollet et Adrian Filip ont choisi les premières années de Barbara à l’Ecluse, des années marquées par une grande complicité entre Dadé (André Schlesser), l’homme qui va encourager et défendre Barbara envers et contre tous. En effet, autant les chansonniers du moment appréciaient-ils les qualités d’interprète de Barbara, autant ils ne croyaient guère à son talent d’auteur-compositeur. De Serge Lama à Henri Gougaud, de Jean-Roger Caussimon à Jean-Pierre Darras, tous lui conseillaient tous de s’en tenir à son métier d’interprète.
Dadé fut le premier – et longtemps le seul – à croire au talent d’auteur-compositeur de Barbara. Et avec une grandeur d’âme dénuée de tout mercantilisme, il ne lui opposera aucune résistance lorsqu’elle lui demandera, après bien des années, la liberté de s’en aller chanter ailleurs.
Ce sera Bobino, en première partie de Georges Brassens et ce sera enfin la gloire pour celle qui fut l’une des très grandes dames de la chanson française.

Comments are closed